Les doyens des collèges d’inspecteurs invités à un simulacre de concertation

vendredi 27 janvier 2012
par  SNPI-FSU3

Les échos qui nous parviennent spontanément des réunions de doyens relatives à l’évaluation des enseignants et organisées par la D.G.R.H. ajoutent l’inquiétude à la consternation.

D’abord, l’objet du travail de ces réunions n’est pas de discuter le projet dont le caractère indiscutable est affirmé d’emblée. Les participants sont tout juste autorisés à demander quelques précisions. Les réponses apportées par la D.G.R.H. sont l’occasion de remarques acides ou ironiques quant à l’appréciation qu’elle porte sur les syndicats.

Il s’agit donc de « déterminer les conditions d’efficacité de présentation de la réforme » et un « consultant » prend en charge la suite de la réunion. Il décrit la démarche à suivre après qu’il fut précisé aussi que la méthode n’est pas non plus « discutable ».

Il présente un diaporama pour organiser le travail : il s’agit de s’appuyer sur SWOT qui désigne 4 mots anglais « Strength, Weakness, Opportunities et Threats » traduits par forces, faiblesses, opportunités et menaces du dispositif de la nouvelle évaluation des enseignants. Une diapositive annonce que dans l’atelier « la parole est libre » mais qu’il ne faut « pas de débat », « pas de polémique », que nous ne sommes pas là pour discuter des contenus du projet mais pour réfléchir comment le présenter de la façon la plus acceptable possible.

La suite est l’avenant : les participants sont invités grâce à un code couleur à changer d’ateliers au chronomètre (toutes les 4 minutes !), l’interdiction de s’extraire est sèchement formulée, les remarques portant sur le fond sont fermement écartées. Dans le prolongement de ce premier « remue-méninges », d’autres thèmes (les conditions d’efficacité de mise en place de la réforme, les points de vigilance, les palliatifs) sont discutés sans que soient connues, dans un premier temps, les premières conclusions et ne soient opérées véritablement de mises en relation.

Au sortir de la réunion, un grand nombre de doyens éprouvent le sentiment d’avoir été manipulés et instrumentalisés. Ainsi, la manœuvre est claire : les inspecteurs ne pourront pas dire qu’ils n’ont pas été associés. En effet, ils le furent mais pas tant à la réflexion sur un projet qu’à l’élaboration d’éléments de langage visant à présenter à leurs collègues un dispositif quasiment abouti.

C’est pourquoi le SNPI-FSU appelle les doyens à ne pas participer à la seconde vague d’une réunion du 30/01 qu’il estime aussi inutile qu’insultante.

Aux Lilas, le 27/01/12

Le bureau du SNPI-FSU


Contact

SNPI
104, rue Romain Rolland
93260 Les Lilas
Tél : 06.82.13.53.66 ✆
mél : snpifsu@gmail.com