Le travail des inspecteurs et l’évaluation : experts de l’éducation ou agents de communication ?

mercredi 9 février 2011
par  SNPIFSU1

Bienvenus sur le nouveau site du SNPI !

Les transformations successives auxquelles nous faisons face depuis quelques années remodèlent les métiers de l’encadrement pédagogique en général et ceux de l’inspection en particulier.
D’abord, on assiste à l’introduction progressive de nouveaux modèles d’évaluation et de « management au chiffre » qui tendent à ignorer le travail réel et les spécificités des métiers de l’éducation. Par exemple, en référant désormais l’évaluation des inspecteurs sur la « manière de servir » et à « l’exécution d’une lettre de mission », on parvient à la focaliser sur notre seule responsabilité individuelle pour mieux dissimuler les effets d’une politique continue de réduction de moyens humains et matériels. Au-delà, ces formes s’infiltrent partout, tant dans les structures sociales que dans la subjectivité, exonérant ainsi les véritables décideurs des politiques publiques de leurs propres responsabilités.

Par leur travail quotidien, les inspecteurs savent pourtant qu’évaluer une action et un travail est le résultat d’une délibération entre les individus. Il n’y a pas de valeur en soi : elle ne peut être que l’objet d’une construction sociale. Lorsqu’elle est imposée sans avoir été discutée, elle appartient alors au registre de l’idéologie. Une évaluation qui isole des indices quantitatifs de leur environnement reste ignorante des conditions de fabrication de ces indices et des réalités dont ils prétendent rendre compte. Elle ne peut conduire qu’à des conclusions et des décisions douteuses.

Ensuite, les orientations actuelles de la politique éducative échappent totalement à l’encadrement intermédiaire. Notre expertise n’est jamais sollicitée et nous n’y sommes associés ni de près ni de loin. On voudrait le plus souvent restreindre notre rôle à celui de convaincre nos partenaires que les choix actuels sont les seuls possibles et surtout les meilleurs. La « manière de servir », n’en doutons pas, sera appréciée à l’aune de nos capacités à faire passer les messages, à gérer la réduction permanente de moyens avec la contrainte d’atteindre des objectifs qui deviennent de plus en plus irréalistes.
Faire son métier avec sérénité devient difficile dans ces conditions. Alors, notre syndicat reste un espace irremplaçable d’échange, d’analyse et de proposition pour que chacun ne soit pas renvoyé à la solitude et à ses conflits intérieurs.

Michel Gonnet
Secrétaire général du SNPI-fsu


Contact

SNPI
104, rue Romain Rolland
93260 Les Lilas
Tél : 06.82.13.53.66 ✆
mél : snpifsu@gmail.com